Élixir d'Eleuthérocoque

Numéro d'agréments: PL993/ 287

Nom commun Ginseng de Sibérie, Buisson du diable
Nom latin Eleutherococcus senticosus
Nom anglais Siberian ginseng
Famille Araliaceae
Habitat Bordure de forêts (originaire de Chine - Corée)
Partie(s) utilisée(s) Racine
38.50
AJOUTER AU PANIER

Composition

Description Botanique

L'Eleuthérocoque est un arbuste épineux, atteignant 3 m de haut. Les feuilles sont palmées, composées, constituées de 5 folioles elliptiques. Les fleurs sont réunies en ombelles globuleuses, jaunes (femelles) ou violettes (mâles et femelles). Les fruits sont des drupes noires et charnues. Fleurs et fruits rappellent ceux du lierre grimpant.

Histoire et Découverte

Les études des propriétés de l'Eleuthérocoque ont été surtout menées dans l'ex-URSS dès les années 1950. Il est présenté par les chercheurs scientifiques russes comme succédané de la racine du ginseng (d'où son nom de « ginseng sibérien ») dont il possède l'activité « adaptogène ». Le concept d'adaptogène n'est pas reconnu officiellement dans la médecine occidentale car il est difficile d'objectiver les effets cliniques. Néanmoins, nous pouvons le définir sur la base de 3 critères : absence de toxicité, activité non-spécifique, effet normalisant des fonctions de l'organisme. Les cosmonautes russes avaient mis à profit ces vertus pour optimiser leur adaptation aux rigueurs de l'espace.

Présentation

Un flacon contient 200 ml d'élixir à une concentration de 300 g de racine par litre. Cette préparation contient 14% de miel multifleur et 18% d'alcool.

Procédé de Fabrication

L'élixir est obtenu par extraction en utilisant un mélange de trois solvants : eau, alcool et glycérine végétale. L'extraction est effectuée dans l'obscurité, à température ambiante, sous agitation douce et constante. Le temps d'extraction est optimisé afin d'obtenir un élixir riche en principes actifs. L'élixir est ensuite filtré dans le but d'éliminer les particules résiduelles. Finalement, du miel multifleur est ajouté afin de renforcer ses propriétés.

Bibliographie

  • Delfosse (1998)
  • ESCOP (2003)
  • Wichtl & Anton (2003)