Gemo-Circulation

Numéro d'agréments: PL993/ 231

24.00
AJOUTER AU PANIER

Composition

Châtaignier Castanea sativa (Syn. : C. vesca) Bourgeon 1/3

Description Botanique

Le Châtaignier est un arbre atteignant 30 m de haut. Les feuilles sont pétiolées, entières, lancéolées, à bords profondément dentelés. Les fruits sont groupés par 2 ou 3. Ils possèdent une cupule épineuse renfermant 3 akènes. Le Marronnier est un arbre pouvant atteindre 20 m de haut. Les feuilles sont opposées, composées, à 5-7 folioles. Les fruits sont des capsules à 1-2 graines très volumineuses communément appelées « marrons ». Le Sorbier des oiseleurs est un arbre-arbuste dont la hauteur est comprise entre 2 et 20 m. Les feuilles sont imparipennées. Les fleurs sont blanches, groupées en corymbes. Les fruits sont charnus, rouges écarlates.

Histoire et Découverte

Originaire des sols silico-argileux de l'ancien continent, le Châtaignier est un arbre très répandu grandissant rapidement sur des sols profonds. Cet arbre devenu ornemental renferme dans son écorce des teneurs élevées en tanins aux propriétés astringentes. Le Marronnier d'Inde, contrairement à ce que son nom indique est originaire des Balkans. Il a été importé en France au début du XVIIème siècle où il se cultive sur tous les sols tant pour ses propriétés médicinales que pour sa valeur ornementale. Depuis de nombreux siècles, les feuilles et l'écorce du Marronnier d'Inde ont été utilisées pour soulager divers problèmes liés à la circulation. Le Sorbier doit son nom au latin « sorbus » signifiant à la fois « arrêté et absorbé ». Ce nom est en relation avec les propriétés des fruits (surtout cuits) du Sorbier (les sorbes) qui arrêtent les diarrhées et soulagent les estomacs. Les fruits du Sorbier sont riches en sorbitol (variété de sucre).

Présentation

Un flacon de 15 ml contient un mélange de macérats concentrés de Châtaignier (bourgeon), de Marronnier (bourgeon) et de Sorbier (bourgeon) préparés à l'état frais. Cette préparation contient 30% d'alcool.

Procédé de Fabrication

En fonction de leur teneur en eau et afin d'obtenir une concentration finale de 5% de matière sèche, 2 à 5 kg de tissus embryonnaires végétaux frais sont utilisés pour réaliser 20 kg de macérat concentré complexe. Le macérat concentré est obtenu par macération des tissus embryonnaires végétaux frais (bourgeons, jeunes pousses ou radicelles) dans un mélange de trois solvants : eau, alcool et glycérine végétale présents en parts égales. L'extraction est effectuée dans l'obscurité, à température ambiante, sous agitation douce et constante durant trois semaines. Ensuite, le macérat est filtré par gravité.

Bibliographie

  • Delfosse (1998)
  • Henry (1970, 1982)
  • Lambinon et al. (2004)
  • Lieutaghi (2004)
  • Schneider (2002)
  • Tétau (2004)
  • Tétau & Scimeca (2005)
  • Vescoli (1996)