Macérat de Romarin

Numéro d'agréments: PL993/ 191

Nom commun Romarin
Nom latin Rosmarinus officinalis
Nom anglais Rosemary
Famille Lamiaceae
Habitat Maquis et garrigues méditerranéens
Partie(s) utilisée(s) Jeune pousse
20.00
AJOUTER AU PANIER

Composition

Description Botanique

Le Romarin est un arbrisseau aromatique, rameux, à tiges ligneuses, atteignant 1 mètre de hauteur. Les feuilles sont persistantes, opposées, entières, lancéolées, pubescentes sur la face inférieure. Les fleurs sont axillaires, de couleur bleu-violet clair, groupées en courtes grappes. Les fruits sont des akènes bruns.

Histoire et Découverte

Dans l'Antiquité, le Romarin était le symbole de l'amour et du mariage. Au Moyen Âge, cet arbrisseau touffu avait sa place dans tous les jardins de plantes médicinales. De nos jours, il est utilisé pour la production d'huile essentielle et est apprécié en tant qu'épice pour aromatiser les grillades. De plus, il retient l'attention des industriels de l'agroalimentaire pour ses propriétés antioxydantes. Le Romarin est peu exigeant d'un point de vue écologique. Ainsi, le Docteur Pol Henry considérait les jeunes pousses de Romarin comme un remède peu spécifique mais possédant une action très large dans de multiples troubles de la santé. Il voyait dans ses nombreux rameaux buissonnants, touffus, le signe de l'activité intense et stimulante des macérats.

Présentation

Un flacon contient 15 ml de macérat concentré de jeunes pousses de Romarin préparées à l'état frais. Cette préparation contient 30% d'alcool.

Procédé de Fabrication

Le macérat concentré est obtenu par macération des tissus embryonnaires végétaux frais dans un mélange de trois solvants : eau, alcool et glycérine végétale présents en parts égales. En fonction de leur teneur en eau et afin d'obtenir une concentration finale de 5% de matière sèche, 2 à 5 kg de tissus embryonnaires végétaux frais sont utilisés pour réaliser 20 kg de macérat concentré. L'extraction est effectuée dans l'obscurité, à température ambiante, sous agitation douce et constante durant trois semaines. Ensuite, le macérat est filtré par gravité.

Bibliographie

  • Henry (1970, 1982)
  • Hoefler et al. (1987)
  • Tétau (2004)
  • Tétau & Scimeca (2005)